NETTOYER C’EST BIEN, NE PAS SALIR C’EST MIEUX !                                                                       "Une nouvelle manière de penser est nécessaire si l’humanité veut survivre" Albert Einstein                                                                       « Chacun est responsable de la planète et doit la protéger à son échelle. » Yann Arthus-Bertrand                                   

 
   
           
 
    BLOG DU MINISTRE
  › Biographie
  › Communications
  › Agenda
  › Profiloscope

    PRESENTATION DU MINISTERE
  › Historique
  › Missions et attributions
  › Organigramme
  › Partenaires
  › Agenda du MINEDD

    STRUCTURES SOUS TUTELLE
  › OIPR
  › CIAPOL
  › ANDE
      PROJETS ET CONVENTIONS

    BIBLIOTHEQUE EN LIGNE



    ECO TOURISME
L'Ecotourisme en Côte d'Ivoire

 

23-11-2018
COP 24 : Le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable mobilise pour une forte participation de la Côte d’Ivoire

Du 02 au 14 décembre 2018, le monde entier se réunira à Katowice en Pologne à la 24ème Conférence des Parties (COP 24) sur les Changements Climatiques. Le Professeur Joseph Séka SEKA a présidé, ce 22 novembre 2018, la cérémonie d’Avant-Départ en présence des Ministres de la Santé et de l’Hygiène Publique et celui des Eaux et forêts.

A 10 jours de la rencontre de Katowice, le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable a convié la population ivoirienne, l’ensemble des parties prenantes pour les informer et les sensibiliser sur les dispositions pratiques de la participation de la Côte d’Ivoire à cette COP24. Chaque année la Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) revêt un caractère spécial. Il s’agira pour les décideurs de garantir la mise en œuvre de l’Accord de Paris adopté à la COP 21. Pour le Professeur Joseph Séka SEKA cet accord « constitue une opportunité importante pour la Côte d’Ivoire car il contient les promesses d’un monde meilleur pour les populations dans un contexte marqué par de profondes mutations au niveau mondial », a-t-il déclaré. Pour rappel, le Président de la République Alassane Ouattara a signé le 22 avril 2016 au siège des Nations Unies l’Accord de Paris ratifié le 25 octobre de la même année. « C’est un signe de la volonté politique de l’Etat ivoirien à mettre en œuvre cet Accord universel sur le climat à travers nos Contributions Déterminées au niveau National (CDN), renchérit le Professeur Joseph Séka SEKA.
Les CDN ont permis sur le terrain de construire des projets innovants et concrets. Il faut noter : la Stratégie de Réduction des Emissions de Gaz à Effet de Serre (REDD+), couplée au projet zéro déforestation, le Programme d’Investissement Financier (PIF), le projet WACA sur l’érosion côtière etc.
Le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable a signifié qu’au-delà des initiatives climatiques qui cadrent avec le Plan National de Développement (PND 2016-2020), la délégation ivoirienne présentera des projets structurants qui portent sur le savoir-faire ivoirien. Il demeure convaincu que les objectifs de l’Accord de Paris atteindront un point culminant. « Il nous faudra nous assurer que les objectifs affichés à Paris seront atteints. Cela passe par la définition de mécanismes de suivi et de révision qui nous permettront d’assurer la transparence, un transfert des technologies propres et des financiers nécessaires au développement sobre en carbone et résilient face aux changements climatiques. » a-t-il clamé.

La contribution des autres ministères

Les conséquences des changements climatiques n’épargnent pas la santé des populations. Présent à cette cérémonie, le Docteur AKA Aouelé, Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique a plaidé pour la réduction des nuisances dans les activités économiques. « Nous devons rendre les activités humaines moins nocives dans les domaines de la santé que dans ceux des transports, du logement, de la gestion des ressources naturelles … » a-t-il exprimé. En guise d’issue palliative, le Ministre recommande « une économie durable fondée sur des technologies propres, des infrastructures propres vertes et une croissance écologique ».
La question du climat bien que transversale mobilise plusieurs départements ministériels. M. Alan-Richard Donwahi, Ministre des Eaux et Forêts n’a pas manqué cette cérémonie au cours de laquelle il a égrené les actions salutaires pour sauver les forêts ivoiriennes très exposées. « En ce qui concerne sa contribution à l’atténuation des changements climatiques, notre pays s’est engagé à réduire d’ici 2030, ses émissions de gaz à effet de serre de 28%. Cette réduction pourrait être portée à 36% en cas d’obtention d’un appui extérieur. Pour atteindre ces objectifs, le pays compte faire passer à 26% et 16% les parts respectives de l’hydroélectricité et des autres énergies renouvelables dans le mix énergétique. Il compte également réduire les émissions de gaz à effet de serre dus à la déforestation et à la dégradation des forêts et améliorer sa gestion des déchets »,a-t-il mentionné.
Le Président de la République, dans son exposé du 23 septembre 2014, à l’ONU, a affirmé la volonté de la Côte d’Ivoire de ralentir, arrêter ou inverser la disparition de ses forêts tout en améliorant la sécurité alimentaire pour tous à l’horizon 2017. L’atteinte de cet objectif au regard de la situation des forêts impose de concilier l’agriculture et la protection des forêts. Le Ministre a rappelé à cet effet que la naissance de l’initiative Cacao-Forêt donnera un nouveau souffle aux forêts ivoiriennes.
« Notre pays a adhéré à l’Initiative Cacao-Forêt dont l’objectif est de contribuer à développer des solutions durables en vue de relever le défi du changement climatique et celui de l’épuisement des ressources naturelles, en mettant l’accent sur la gestion durable de l’agriculture et de la pêche. », a-t-il précisé.
L’initiative Cacao-Forêt est une mise en œuvre concrète de l’Agriculture zéro déforestation, laquelle constitue elle-même l’option stratégique centrale de la stratégie nationale REDD+ adoptée par le gouvernement.
L’Etat continue d’insuffler la dynamique forestière en élaborant des programmes d’utilité publique tels que la nouvelle politique forestière. « Le Gouvernement vient d’adopter une nouvelle politique forestière qui vise à ramener la superficie forestière au moins à 20% du territoire national, d’ici l’horizon 2030. Cette politique forestière cadre parfaitement avec les engagements pris par notre pays au plan national et international, en matière de conservation de la biodiversité et de la lutte contre les effets pervers des changements climatiques.’» a indiqué Alain-Richard Donwahi.
La délégation ivoirienne à la COP 24 est composée des Institutions de la République, de ministères et structures techniques de l’Etat, du secteur privé, des Organisations de la Société Civile, des Collectivités Territoriales et des Médias.
SERCOM MINEDD


AUTRES ACTUALITES


10-12-2018
Cop 24 en Pologne : Le ministre Joseph Séka Séka monte au créneau à la tribune de la conférence des ministres africains de l’Environnement.

Les ministres africains de l’Environnement, en marge de la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, qui se tient à Katowice, en Pologne, ont tenu ...

09-12-2018
Participation de la Cote d’Ivoire à la COP 24 : Un agenda très chargé pour le Professeur Joseph SEKA SEKA, Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Chef de la délégation ivoirienne

Pour porter la voix de la Côte d’Ivoire à la 24ème Conférence des Parties (COP 24), le Professeur Joseph Séka SEKA, Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, après plusieurs heures ...

07-12-2018
COP 24 : La délégation ivoirienne défend ses projets

La 24e Conférence des parties à la convention cadre des Nations ...


28-11-2018
4eme Salon International de la Géomatique : Les changements climatiques au cœur des réflexions

« Les ...


Suivant Dernier
page 1 à 4 sur 613
 
   
 
 
©- 2011 Tous droits réservés Ministère de l'Environnement et du Développement Durable
Conception : CICG