NETTOYER C’EST BIEN, NE PAS SALIR C’EST MIEUX !                                                                       "Une nouvelle manière de penser est nécessaire si l’humanité veut survivre" Albert Einstein                                                                       « Chacun est responsable de la planète et doit la protéger à son échelle. » Yann Arthus-Bertrand                                   

 
           
 
    BLOG DU MINISTRE
  › Biographie
  › Communications
  › Agenda
  › Profiloscope

    PRESENTATION DU MINISTERE
  › Historique
  › Missions et attributions
  › Organigramme
  › Partenaires
  › Agenda du MINEDD

    STRUCTURES SOUS TUTELLE
  › OIPR
  › CIAPOL
  › ANDE
      PROJETS ET CONVENTIONS

    BIBLIOTHEQUE EN LIGNE



    ECO TOURISME
L'Ecotourisme en Côte d'Ivoire

 

04-11-2017
Gestion des produits chimiques et des déchets dangereux dans l’espace CEDEAO/ La réunion ministérielle achevée avec des recommandations fortes

Le processus d’adoption des projets de documents sur la gestion des produits chimiques et des déchets dangereux et de la présentation des résultats des projets régionaux, entamé le 30 octobre 2017 par la réunion des experts de la CEDEAO et parachevé par la réunion ministérielle et les sessions de haut niveau du 02 novembre 2017, a atteint son apothéose ce vendredi 03 novembre 2017, par l’adoption, au Novotel Hôtel à Abidjan, des documents stratégiques et du plan de gestion intégré des produits chimiques et des déchets dangereux de l’espace CEDEAO.
Le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable de la République du Niger, M. Almoustapha GARBA, qui a présidé l’adoption du rapport général du segment de haut niveau, au nom du Ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement Durable de la Côte d’Ivoire, empêché, s’est félicité de l’aboutissement du processus d’adoption des deux documents, dans la mesure où, a-t-il expliqué, plusieurs pays de l’espace CEDEAO font face non seulement à la menace liée à l’utilisation des produits chimiques qui ont des effets nocifs sur la santé, mais aussi aux déchets dangereux dont la circulation doit être réglementée.
Aussi, selon le Ministre Nigérien de l’environnement, « il revient à la commission de la CEDEAO, de traduire ces documents en une directive communautaire très claire que les Etats membres pourront mettre en œuvre de façon à arriver aux objectifs visés, à savoir l’élimination des déchets très dangereux mais également des Polluants Organiques Persistants (POPs) avec lesquels nous vivons sans vraiment prendre conscience du danger qu’ils représentent pour la santé, l’environnement et la qualité de vie ».
Par ailleurs, cette session a été meublée également par deux évènements de haut niveau organisés par la CEDEAO en collaboration avec l’ONUDI et l’ONU-Environnement. Ces évènements ont eu pour objet de présenter les résultats obtenus dans le cadre de la mise en œuvre du projet régional sur les Polluants Organiques Persistants (POPs) relatif aux perspectives du programme ONU-Environnement dans l’accompagnement des pays pour la gestion des POPs et des Polychlorobiphényles (PCBs). Il a été recommandé à l’issue de ces deux évènements d’élaborer des directives régionales en lien avec les projets pilotes et de développer des règlementations régionales et nationales pour la gestion des produits chimiques et des déchets dangereux.
Des conclusions et recommandations, il ressort que les Etats membres doivent (i)mettre un accent particulier sur la volonté politique qui devra être réaffirmée par l’ensemble des Etats membres pour la gestion des produits chimiques et des déchets dangereux ; (ii)renforcer la coopération entre les Etats membres en matière de gestion des produits chimiques et déchets dangereux ; (iii)prendre les dispositions pour appuyer le Centre Régional des Conventions de Bale et Stockholm pour les pays d’Afrique Francophone ; (iv) affirmer leur engagement par la mise en place de politiques et d’un cadre législatif clair en matière de gestion des produits chimiques et des déchets dangereux.
Pour ce qui concerne la CEDEAO, elle doit entre autres,(i) prendre les dispositions pour améliorer la coordination entre les Etats membres sur la mise en œuvre des conventions en matière de produits chimiques et des déchets dangereux ; (ii) prendre les dispositions nécessaires pour renforcer l’accompagnement des Etats membres à travers l’élaboration et l’adoption de directives régionales en matière de gestion écologiquement rationnelle des produits chimiques et des déchets dangereux ; (iii) prendre les dispositions pour élaborer, faire adopter et mettre en œuvre un plan régional d’urgence et de gestion des catastrophes chimiques ; (iv) appuyer les Etats dans la mise en place d’infrastructures de stockage et de gestion des produits chimiques et des déchets dangereux ; (v)mettre en place une plateforme d’échange d’information entre les Etats pour soutenir la coopération entre les Etats ; (vi) mettre en place un mécanisme de coordination régional pour la mise en œuvre du plan de gestion intégré des produits chimiques et déchets dangereux .

AUTRES ACTUALITES


24-09-2018
L’ASCAD apporte son expertise au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable

Les missions de l’Académie des Sciences, des Arts, des Cultures d’Afrique et des Diasporas Africaines (ASCAD)  sont en phase avec celles du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable. C’est ce ...


24-09-2018
Gestion des déchets électriques et électroniques : 10 000 emplois verts prévus dans la mise en œuvre d’un projet.

Placé sous la Présidence du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, le Professeur Joseph Séka SEKA, Ministre de l’Environnement et du Développement Durable et Moussa Sanogo, Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre ...

17-09-2018
Côte d’Ivoire/ Bilan jugé « très satisfaisant » par le gouvernement des actions de protection de la couche d’Ozone.

Le représentant du ministère de l’Environnement et du Développement durable, Aboua Assi Moïse, a dressé, lundi, le bilan des actions de protection de la couche d’Ozone  menées par la communauté internationale ...


17-09-2018
Côte d’Ivoire/ Près de 18 milliards de pertes et dommages consécutifs aux inondations de juin à Abidjan.

Abidjan, 18 sept (AIP)- Les pertes et dommages consécutifs aux inondations qu’a connues la ville d’Abidjan durant le mois de juin, sont estimés à près de 18 milliards de francs CFA, ...


Suivant Dernier
page 1 à 4 sur 590
 
   
 
 
©- 2011 Tous droits réservés Ministère de l'Environnement et du Développement Durable
Conception : CICG